Plongée critique dans l'image

Critiques/Sorties

Asphalte – L’air de rien

Quelques mois après l’avoir vu en salles, il me reste toujours d’Asphalte cette idée d’un film ayant la faculté de soigner les blessures. Cette mélancolie subtile qui infuse le film dès son premier plan, et cette ironie jamais cynique qui prête à esquisser de légers sourires est ce qui le rend attachant. Funambule sur le fil d’existences à la simplicité désarmante, il ne verse jamais dans le pathos ou la mièvrerie, trouvant avec justesse le ton adéquat pour traiter son… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Youth – L’âge désillusion

Après sa très discutée Grande Bellezza (2013), le nouveau film de Paolo Sorrentino semble en prendre le contre-pied complet, comme si l’auteur avait voulu en faire le négatif. Son précédent film se situait dans la métropole romaine, avec des chaleurs estivales nourries d’eaux éclatantes et de folles soirées carnavalesques au ridicule inquiétant et volontairement surchargées de caricatures gloussantes, pour en exprimer le grotesque et rappeler le souvenir d’une Dolce Vita. Ces festivités, qui se finissaient à l’aube sur de longues… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Les deux amis – Deux garçons, une fille, zéro possible

C’est l’histoire de Clément (Vincent Macaigne), un garçon sensible, aux tendances suicidaires. C’est l’histoire d’Abel (Louis Garrel), un bellâtre à la vie dissolue. Ils sont amis. On ne sait pas vraiment pourquoi, il y a des relations qui parfois ne s’expliquent pas. Celle narrée par Louis Garrel, qui réalise ici son premier long-métrage, semble imperméable au monde extérieur. C’est surtout l’histoire de Mona (Golshifteh Farahani), une femme qui respire la lumière. Clément en est tombé amoureux. Reprise de justice, elle… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Cemetery of Splendour – Rêve éveillé

Hier soir, je fis un rêve. Un rêve dans lequel j’accompagnais Jenjira, une femme qui rendait visite à Itt, un soldat atteint par la maladie du sommeil, parmi d’autres regroupés dans une ancienne école. J’entendais bien distinctement les bruits de la nature environnante et un sentiment de grande sérénité m’envahissait déjà. Des hommes installaient aux cotés des endormis des lampes verticales dont les couleurs variaient, censées apaiser leur sommeil troublé par des cauchemars. J’étais alors hypnotisé par ces variations que… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Valley of Love – Vallée de l’Amor

Je me souviens de cette sensation en sortant du cinéma l’autre jour. L’impression de flotter dans l’air, de n’être qu’une enveloppe légère, comme un ballon empli d’hélium. J’avais des frissons. Le film Valley of Love de Guillaume Nicloux, qui joue sur une juxtaposition des thèmes de l’amour et de la mort en se situant dans la Death Valley, était plein d’un mysticisme à la spiritualité envoûtante. On assiste à l’histoire fictive d’un ancien couple dont le fils qui, s’étant suicidé,… Continuer la lecture

Rétrospectives

La randonnée (Walkabout) – Invitation au voyage

Avant que le film ne commence, un intertitre indique que le terme « walkabout » désigne le rite initiatique des aborigènes australiens, selon lequel le jeune homme, devenu adulte, doit effectuer un voyage dans le désert et y survivre seul, entouré par la nature sauvage. Un enfant et sa sœur sont forcés de vivre une telle expérience après le décès de leur conducteur au milieu du désert. Les deux personnages sont issus d’une grande ville, au cœur des années 1970, et la… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Le labyrinthe du silence – Le prix de la justice

À Francfort en 1958, le jeune procureur Johann Radmann tombe sur des documents qui pourraient mener à des poursuites à l’encontre d’anciens SS qui ont servi à Auschwitz. Il décide de mener une enquête qui va très rapidement le dépasser, notamment à cause de l’envergure des découvertes mais surtout parce qu’il fait face à l’hostilité de ses pairs et de son entourage, troublant ainsi l’omerta en place. Par bien des aspects le film est d’une facture très classique avec son… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

La Sapienza – Voyage en Italie

Des voix célestes de chœurs d’église qui enveloppent des vues sur des ouvrages architecturaux italiens de la Renaissance ouvrent avec grâce la fresque dans laquelle nous convie Eugène Green. Puis un autre tableau se dresse alors, cette fois-ci en région parisienne, sur des plans de villes inhumaines, étouffées dans la pollution et ne répondant qu’à des impératifs d’efficacité plus que de convivialité ou de beauté. Un Paris morose, radicalement opposé au prologue lumineux, dans lequel Alexandre (Fabrizio Rongione), brillant architecte, fait… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

A most violent year – Le chemin le plus juste

A New-York en 1981, Abel Morales essaye de racheter un terrain stratégique pour développer son entreprise de livraison de fioul. Son ambition va se heurter à la violence des braqueurs anonymes qui tabassent ses employés et volent ses camions. C’est sur la vue de New-York matinal et enneigé en toile de fond que nous accompagnons Abel dans son footing avec Inner city blues de Marvin Gaye dans ses écouteurs. Une belle exposition se trouvant en quelque sorte à mi-chemin entre celles de Birth et… Continuer la lecture

Critiques/Sorties

Whiplash – Sang, sueur et hurlements

Andrew, post-adolescent facilement impressionnable et sans caractère interprété par Miles Teller, dépeint seulement par sa passion pour la batterie qu’il nourrit évidemment depuis son plus jeune âge, découvre au sein de sa prestigieuse école la difficulté à intégrer l’élite, rassemblée autour d’un enseignant hautement charismatique, Terence Fletcher, interprété par J. K. Simmons. Le point de départ est on ne peut plus éculé et le traitement le sera aussi. Le premier film de Damien Chazelle n’a malheureusement pas tant d’intérêt sinon… Continuer la lecture

Critiques/Documentaires/Sorties

Concerning violence, 9 scènes de l’autodéfense anti-impérialiste – Violence mixtape

Comment évoquer la complexité et la nécessité du processus de la décolonisation ? Pour répondre à cette question, Göran Hugo Olsson fait se confronter le texte manifeste Les damnés de la terre écrit par Frantz Fanon en 1961 et des images d’archives de la télévision suédoise couvrant les décolonisations de pays africains (Angola, Mozambique et Tanzanie) entre 1966 et 1984. Le réalisateur reconduit ainsi une méthode qu’il avait en partie expérimenté avec talent dans The black power mixtape 1967 – 1975 en… Continuer la lecture

Haut de Page